Un acte engagé et militant

Cette course exige une solide expérience de navigateur, une bonne forme physique et un mental robuste. Pour entreprendre ce rêve de marin qui l’anime depuis l’adolescence, Blaise souhaite ouvertement l’associer au handicap psychique. En faire sa figure de proue pour montrer qu’il n’empêche pas de vivre une vie « normale », ni de réaliser des projets extraordinaires, et enfin lutter contre les préjugés qui l’accompagnent encore à notre époque.  

Il y a deux ans, Blaise a été diagnostiqué « Borderline » ou « Personnalité émotionnellement labile ». La caractéristique de cette maladie est une difficulté à gérer humeurs et émotions, ainsi que la souffrance qui en découle. Il a appris à l’accepter, à se soigner en conséquence, suivi par des médecins et psychologues qui l’ont aidé et l’aident toujours à mieux appréhender ses émotions. 

L’aboutissement de cette thérapie sera d’être sur la ligne de départ pour la Mini Transat 2021, prêt techniquement, physiquement et mentalement à traverser seul l’océan sur son bateau de 6.50m. Ce rêve devenu réalité, sera pour lui la plus belle des victoires et la preuve que tout handicap s’apprivoise. 

Son aventure communiquera un message positif sur la maladie psychique, sur la richesse et l’importance de cultiver la différence. Sa volonté est de porter l’idée que le handicap est surmontable pour s’ouvrir à tous les possibles.